Programme conférence à la mosquée de Guyancourt

Jours date Horaire Intervenant Titre de l’intervention
Samedi 11-juin Après Al-Asr Cheikh Azzedine Joulid  Ramadan Mois de piété
Dimanche 12-juin Après Al-Asr Le frère Abdelaati Bentalha Le rôle de la prière dans l ascension et la purification de l’Ame
Samedi 18-juin Après Al-Asr Le frère Habib Bekri Comment prêcher l’Islam selon le Coran et la Sounna
Dimanche 19-juin Après Al-Asr L’imam ALI Ramadan mois des prières de nuit
Mardi 21-juin Après Al-Asr Cheikh Mohamed Lamine Importance de l’éducation des enfants
Samedi 25-juin Après Al-Asr Le frère Habib Bekri  Leçons à tirer de la bataille de Badr
Dimanche 26-juin Après Al-Asr Le frère Haimadi Youcef Jeûnons nous vraiment
Lundi 27-juin Après Al-Asr Cheikh Mohamed Lamine Importance de l’éducation des enfants
Mardi 28-juin Après Al-Asr Cheikh Mohamed Lamine Ramadan Mois de pardon
Samedi 02-juil Soirée Le professeur Hassan Iquioussen  Face  à la radicalisation et  l’islamophobie,  quelle éducation pour nos jeunes 
Dimanche 03-juil Après Al-Asr Le frère Abdelaati Bentalha Bilan Ramadan

Fatwa cefr prières de tarawih tardives

Au Nom de Dieu, le Clément, le Très Miséricordieux

Avis juridique sur le fait d’avancer la prière nocturne du Ramadan (salât tarawih) dans

certaines régions du fait de la tardivité de l’heure de la dernière prière canonique (salât el ichâ).

Question :

Les responsables d’associations, de mosquées ainsi que les imams s’interrogent sur la possibilité

d’avancer l’accomplissement de la prière tarawih avant l’heure initiale de la prière de al ‘ichâ, qui

dans certaines régions et pays européens doit parfois être effectuée après minuit.

Réponse :

Il ne fait aucun doute qu’il s’agit là d’une question importante et d’une préoccupation réelle pour les

musulmans en général et les associations cultuelles en particulier.

Conformément aux règles de la Shari’a, deux réponses peuvent être apportées à cette situation :

Premièrement :

Il nous est possible de retarder l’accomplissement dans la mosquée de la prière du maghreb afin de

laisser les fidèles rompre leur jeûne chez eux pour ensuite rejoindre les mosquées après 20 voire 40

minutes et accomplir ainsi salât al maghreb en la regroupant avec la prière de al ‘ichâ. Cette

possibilité se fonde sur le fait que le Messager de Dieu – que la paix et la bénédiction de Dieu

soient sur lui – a rassemblé les prières du dhohr (midi) et du ‘asr (après-midi) ainsi que celles du

maghreb (crépuscule) et du icha (nuit) alors même qu’il était à Médine et qu’il n’avait pas de

justifications. Et lorsque Ibn ‘Abbas fut interrogé sur cette pratique, sa réponse fut la suivante :

« Le Prophète – que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui – a tenu à ce qu’il n’y ait pas

de pénibilité infligée à la Communauté ». [Rapporté par Mouslim].

C’est sur ce fondement que l’École textualiste Dhahirite et l’imam Achab de l’École Malikite ont

autorisé ce regroupement des prières sans avoir à justifier d’un motif particulier (voyage, travail, peur,

etc.). Ceci rappelé, au cas présent, il existe un motif réel qui consiste à alléger aux gens leur adoration.

Ainsi, après avoir regroupé les deux dernières prières canoniques et réaliser la prière de tarawih, les

fidèles pourront retourner chez eux avant la survenance de la prière de al ‘ichâ.

Ceci est permis dans la mesure où le fait de retarder la prière du maghreb afin de permettre aux gens

de rompre tranquillement leur jeûne chez eux, ne s’oppose en rien aux Textes selon la très grande

majorité des savants spécialistes. D’ailleurs, on peut remarquer que depuis plusieurs décennies, la

Mosquée Sacrée de La Mecque retarde de 10 à 15 minutes pour la prière du maghreb afin de faciliter

la succession entre la rupture du jeûne et l’accomplissement de la prière. On peut aussi rajouter le fait

que l’un des objectifs réalisé par cette mesure est de permettre la réunion d’un plus grand nombre de

fidèles pour la prière collective.

De même, il est notoirement autorisé d’avancer la tenue de la prière nocturne de tarawih avant la

dernière prière du al ‘ichâ et ceci sur la base des propos de certains théologiens de l’École Hanafite

tels que Badreddine Al-‘Ayny et Ibn ‘Abidine selon lesquels on compterait généralement trois avis sur

cette question dont celui-ci:

Il est possible de considérer que le temps légal d’accomplissement de tarawih s’étend durant toute la

nuit. De la même manière, il est également permis de commencer la prière du tarawih avant salat al

‘icha et de la continuer après. Enfin, toujours selon le même avis, il est autorisé de commencer la

prière du tarawih avant le witr (dernière unité de prière surérogatoire) et de la terminer après.

Cet avis, même s’il est très probable que ce ne soit pas la position majoritairement partagée de

l’École Hanafite, a néanmoins été rapporté par Isma’il Az-Zâhed et d’autres théologiens de

Boukhara (Ouzbékistan) qui, confrontés à une situation identique à celle que les musulmans

européens connaissent, ont opté pour cette position.

Je considère cette position comme étant équilibrée, juste et dans l’intérêt des Croyants qui pourront

ainsi continuer sans peine à bénéficier en masse avec leurs enfants, des immenses bienfaits spirituels

durant les nuits bénies du Ramadan.

Deuxièmement :

Il serait également possible pour les fidèles d’accomplir la prière du maghreb en son heure et de se

rendre à la mosquée environ 30 minutes après pour commencer les prières nocturnes de tarawih avant

la dernière prière de al ‘ichâ et ce, conformément à l’avis hanafite mentionné plus haut. Dans ce cas,

une fois la prière du tarawih terminée, l’imam n’aura plus qu’à accomplir la prière du icha en son

temps et conclure par le witr.

Cependant, cette dernière possibilité, du fait de l’heure tardive de la prière, peut engendrer une trop

grande difficulté à celles et ceux qui travaillent, de même que ceux qui auraient des difficultés pour se

lever pour la collation avant le jeûne – souhour – ou pour accomplir tout simplement la prière

canonique de l’aube fajr en son temps. De la même manière, son application peut causer un certain

nombre de désagréments et de nuisances nocturnes envers le voisinage non musulman.

Dans ce cas de figure, et en dépit du fait que les gens puissent être étonnés par cette solution, la

première possibilité reste à mon sens la plus fidèle aux finalités de notre Législation (maqasid

achari’a). Elle sera d’autant mieux adoptée qu’elle constitue réellement une facilité et un allègement

pour les fidèles leur permettant de veiller les nuits du Ramadan dans la prière, la lecture du

coran et dans les invocations. Enfin, la première solution oeuvre également à la conservation

de ce grand rite surtout pour les musulmans vivant dans les pays non musulmans.

 

Paris, le 16 shaâban 1434 (25 juin 2013)

Cheikh Ounis Guergah.

Membre du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche

Ancien président de Dar al Fatwa.

Professeur de droit comparé à l’IESH de Paris.

fatwa_tarawih_avance_cefr

 

بسم الله الرحيم الرحيم
فتوى في تقديم صلاة التراويح في رمضان في الأماكن التي يتأخر فيها دخول وقت صلاة العشاء.

السؤال:

يسأل المسؤولون على الجمعيات وإدارة المساجد والأئمة والمسلمون  جميعا عن إمكانية تقديم صلاة التروايح في رمضان قبل دخول وقت العشاء الذي يكون في بعض البلاد والمناطق في أوربا بعد منتصف الليل.

الجواب:

لا شك أن هذه المسألة من المسائل التي يكثر فيها السؤال من قبل المسلمين عامة و الجمعيات التي تشرف على المساجد وكذلك الأئمة.
والذي أقترحه في المسألة ما يلي:
أولا :
بإمكاننا ان نؤخر صلاة المغرب بحيث نمّكن الناس من الإفطار في بيوتهم ثم يلتحقون بالمساجد بعد 20 إلى 40 دقيقة فيصلّون المغرب ويجمعون معه العشاء و قد جمع رسول الله صلى الله عليه و سلم بين الظهر و العصر و المغرب و العشاء في المدينة من غير عذر فلمّا سُئل ابن عباس عن ذلك قال: أراد ألاّ يحرج أمته كما جاء في صحيح مسلم. و بناء عليه أجاز الظاهرية و أشهب من المالكية الجمع بغير سبب. و السبب في هذا الوضع حاصل و هو التخفيف عن الناس. ثم يصلّون التراويح ثم ينصرفون قبل دخول وقت العشاء الى بيوتهم، وذلك ممكن لأن تأخير المغرب فترة من الزمن حتى يتمكن الناس من الإفطار والالتحاق بالمساجد للصلاة جماعة لا أرى فيها حرجا أخذا بقول جماهير الفقهاء بأنّ وقت المغرب يمتدّ إلى دخول وقت العشاء . كما أن المعمول به منذ عدّة عقود في الحرمين أن الأئمّة يؤّخرون صلاة المغرب 10 إلى 15 دقيقة ليمكّنوا الناس من الإفطار ثم يصلّون. ثم إن تأخير صلاة المغرب إلى هذا الوقت الذي يتفق عليه الناس في المساجد يجعل الجماعة أكثر عددا ممّا لو صُلّيت في وقتها الأول.
كما أن تقديم صلاة التراويح قبل دخول وقت العشاء ممكن وذلك اعتمادا على ما ذكره بعض فقهاء الأحناف كبدر الدين العيني وابن عابدين من ان وقت صلاة التراويح فيه ثلاثة أقوال منها:
أن وقتها الليل كله، قبل العشاء وبعده وقبل الوتر وبعده. وإن كان ليس هو القول الراجح في المذهب  ونسبوا هذا القول الى اسماعيل الزاهد وجماعة من أئمة بخارى.
ولعل أئمة بخارى ذهبوا الى هذا القول لأنهم عانوا ما يعانيه مسلمو أوربا  حاليا وهو التأخير الشديد لوقت العشاء بحكم أن بخارى تقع في شمال أوربا.
وأرى ان  الأخذَ بهذا فيه توسّط  واعتدال ومصلحة للمسلمين حتى لا يفوتوا شعيرة صلاة التراويح التي يتوافد إليها الناس بأطفالهم وأسرهم لعمارة المساجد في هذا الشهر الكريم الذي تتضاعف فيه الحسنات ويكثر فيه إقبال المسلمين على الله تعالى وعلى التزام دينه.
ثانيا:
أن تؤدى صلاة المغرب في وقتها ثم يلتحق  الناس بالمساجد بعد نصف ساعة من دخول وقت الصلاة فتقام صلاة التراويح قبل دخول وقت العشاء اعتمادا على ما قاله بعض فقهاء الأحناف وتستمر الى دخول وقت العشاء فيصلي الامام صلاة العشاء بالناس في أول الوقت ثم يوتر بهم.
وإن كان هذا الرأي فيه مشقة لما يترتب عليه من التأخير على الناس حيث ينامون متأخرين وقد لا يستيقظون للسحور ولا لصلاة الصبح ،كما أن فيه إزعاجا كبيرا للجيران من غير المسلمين الذين يسكنون قريبا من المساجد والمصليات التي تقام فيها صلاة العشاء والتراويح .
ولعل المقترح الأول هو الأقرب الى مقاصد الشرع  و قد يستغربه بعض الناس إل أنه مع الزمن يتعودون عليه و ذلك لما فيه من التيسير والتخفيف على الناس وفي نفس الوقت يمكنهم من إحياء ليالي رمضان بالصلاة وقراءة القرآن والدعاء ثم المحافظة على استمرار هذه الشعيرة العظيمة وخاصة للمسلمين في البلاد غير الاسلامية .

باريس / 16 شعبان 1433 الموافق ل 25 -06 – 2013
الشيخ أنيس قرقاح
عضو المجلس الأوربي للإفتاء و البحوث
الرئيس الأسبق لدار الفتوى بإتحاد المنظمات الإسلامية بفرنسا
                                              والله ولي التوفيق

Début du Ramadan le Lundi 6 Juin 2016

Début du Ramadan 2016 / 1437 h

Le Bureau du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), réuni ce Dimanche 5 juin 2016 à la Grande Mosquée de Paris, en présence de dignitaires religieux et de représentants de fédérations musulmanes, annonce que le premier jour du mois sacré du Ramadan pour l’an 1437 de l’Hégire est fixé au :
Lundi 6 Juin 2016
En cette circonstance bénie, le CFCM présente ses meilleurs vœux aux Musulmans de France et leur souhaite un heureux mois du jeûne, mois de la piété et du partage.
Nous implorons Allah Tout Puissant pour qu’Il accepte notre jeûne, qu’Il nous comble de Sa Clémence et de Sa Miséricorde, qu’Il nous accorde la Paix et soulage tous ceux qui souffrent dans les épreuves qui les frappent.
Le CFCM saisit cette occasion pour assurer l’ensemble de nos concitoyens de toutes confessions, de toutes origines et de toutes conditions, de ses prières fraternelles pour que notre Nation vive dans la paix, l’unité et la solidarité.
Fait à Paris, le Dimanche 5 Juin 2016,
Anouar KBIBECH
Président du CFCM

COMMUNIQUE Union des Musulmans de Guyancourt

Guyancourt, le 14 novembre 2015

L’ UMG dénonce avec la plus grande fermeté et condamne avec la plus grande vigueur la série d’attentats abominables et barbares.

Face à cette horreur, cette violence aveugle, ces meurtres et ces massacres dans les rues de la capitale, nos pensées attristées et les plus émues vont d’abord aux victimes, aux blessés, à leurs familles et amis. A eux et à chacun, nos condoléances et le témoignage de notre sympathie.

Nous sommes profondément endeuillés.

Ces actes d’une barbarie inouïe visent à créer le chaos et à renforcer davantage les clivages dans notre société. Nous ne devons céder aux appels de la haine et de la division. La Préoccupation de l’unité nationale doit nous animer avant tout et avec autant de détermination que ne l’exige la situation gravissime que traverse notre pays.

La vérité c’est que Dieu dans Sa grâce, Son amour et Sa compassion, est plus grand que leur folie meurtrière et que l’islam jamais ne pourra être assimilé ou amalgamé à leur violence extrémiste

L’UMG ainsi que l’ensemble des citoyens guyancourtois de confession musulmane, se tiennent debout, solidaires et mobilisés au sein de la communauté nationale, devant cette épreuve terrible et incommensurable dans le calme et dans la dignité

Le Bureau de L’UMG

L’association  UMG

Nous avons le plaisir avec les membres du conseil d’administration et tous les adhérents de vous annoncer la création de l’association « Union des Musulmans de Guyancourt » (UMG).

Nous souhaiterions instaurer un véritable partenariat avec la ville et un travail de coordination pour servir l’intérêt général des citoyens musulmans de Guyancourt, avec un mode de fonctionnement démocratique, dans une totale transparence.

Depuis plusieurs années, au sein de l’ancienne organisation, nous n’avons cessé de gérer au mieux nos divergences et conflits avec de la médiation des compromis, des accords la liste est longue, sans arriver à les éradiquer ou même atténuer leurs effets négatifs, et nous avons été confronté à leurs amplifications par l’impossibilité d’organiser des élections pour représenter statutairement et démocratiquement les musulmans de Guyancourt, pour divers raisons dont la violence, l’intimidation et le sectarisme.

Une organisation qui dure est celle qui sait traverser les crises et affronter les agressions dont elle est l’objet. Cependant, les conflits n’ont de caractère constructif que s’ils sont résolus pour certains, prévenus pour d’autres, maîtrisés pour tous. Les conflits n’ont de vertu créatrice que dans la mesure où ils sont résolus par une restructuration de l’organisation dans le sens des changements révélés nécessaires. Le conflit n’a donc pas de vertu créatrice en soi ; ce qui est créateur, c’est de comprendre le conflit d’une part, et de le gérer d’autre part.

C’est dans cette optique et après plusieurs réunions de travail, et concertation de la plupart des musulmans de Guyancourt, nous avons décidé la création de cette nouvelle organisation UMG, afin de partir sur des bases solides pour défendre nos idées et convictions, et favoriser un cadre pour que l’équipe dirigeante puisse travailler sereinement et mener à bien les objectifs qu’on s’est fixé pour nos enfants qui sont les adultes de demain et nos anciens qui sont à l’origine de notre identité, en partenariat avec les services de la municipalité comme nous l’avons déjà démonter pendant les années passé à la tête de l’ancienne organisation.
Parmi nos adhérents et membres du Conseil d’administration, il y a des retraités « les anciens », pendant qu’ils participaient au développement économique de la France, leurs enfants « nous » allaient à l’école, n’aspiraient qu’à la réussite dans le seul pays qu’ils connaissent. Ils n’ont vécu que pour leurs enfants ou parents. Sans eux nous ne serons peut-être pas là ce jour.
L’association insistera sur la nécessité d’une approche du juste milieu, et sur une compréhension saine de l’Islam à travers l’enseignement de ses principes généraux, ses valeurs morales, l’histoire de sa civilisation et la langue arabe. L’association constituera bien un espace d’instruction, d’étude, de divertissement et d’accueil. À force d’engagement et d’effort, nous espérons contribuer à donner la substance à notre identité et culture musulmane d’occident et apporter notre pierre à l’édifice national français et à la construction européenne.

Le respect de l’ordre public implique le respect du cadre légal de notre république française. Ainsi, l’association ne pourra aucunement être le théâtre d’activités ou de discours pouvant entrainer des troubles affectant la sérénité, sécurité, la dignité ou la tranquillité de nos concitoyens.

Le respect des exigences de l’échange citoyen implique pour chacun de prendre conscience que les divergences d’opinions et de courants ont perpétuellement existé dans l’histoire de la civilisation islamique, que ces divergences n’empêchent pas la concorde sur les principes essentiels, qu’elles constituent une richesse pour la communauté et une marque de fécondité intellectuelle.
L’association veillera à ce que l’expression de la diversité ne soit pas l’occasion de dénigrements, diffamations ou autres comportements irrespectueux.

Nous sommes attachés au respect de la constitution et des lois, auxquelles nous sommes liés par un contrat tout à la fois moral, social et politique.

Nous sommes convaincus que l’éducation islamique n’impose à aucun moment la négation de l’instruction française, bien au contraire, cette éducation tient compte des systèmes scolaires et de la réalité quotidienne de notre société. Aussi, la spiritualité et l’apprentissage des références et des principes islamiques seront adaptés à cet environnement. Il s’agit d’une volonté d’être au plus proche des besoins de l’enfant, de l’adolescent et de l’adulte en phase avec la réalité de notre pays.

Il s’agit, dans cette perspective, d’ancrer les musulmans dans la société, de développer leur esprit critique et de les rendre responsables.

Notre objectif, est d’enseigner, de transmettre et d’insuffler une éthique de la citoyenneté qui se traduit par une conscience éthique de la collectivité. Elle a pour mission de redonner sa noblesse à l’acte citoyen (lutter contre les incivilités, voter, s’engager dans des actions pour l’environnement, la propreté des quartiers, aider les associations sociales dans les objectifs qu’on partage …)

S’ouvrir sur d’autres acteurs sociaux (associations, institutions et organisations) d’horizons divers qui souhaitent travailler en partenariat sur la base de principes et d’objectifs communs.

Développer les liens de solidarité d’amitiés entre les différents habitants des quartiers de Guyancourt.

Le conseil d’administration de L’UMG
Decembre 2013